top of page

Hommage à Paco Rabanne, le métallurgiste de la mode

L'ÉPOQUE PARIS - Le monde rend hommage à Paco Rabanne, le Grand Couturier et Parfumeur franco-espagnol, disparu le 3 février 2023, forgeur du style moderniste.


06.02.2023 © L'ÉPOQUE PARIS


Par Véronique Dupont


Le couturier espagnol Paco Rabanne et deux de ses mannequins à la fin d'un défilé, le 9 octobre 2000 à Paris

© PHOTO AFP / JEAN-PIERRE MULLER


«Ce n'est pas un couturier, c'est un métallurgiste ! » disait de lui Coco Chanel. Et pour cause, pendant plus de 50 ans de carrière, Paco Rabanne a marqué l'histoire de la mode dès 1966 par l'introduction de matériaux industriels dans ses collections révolutionnaires, modernes et audacieuses. Il n'a pas seulement apporté des nouveautés en termes de style, il a véritablement révolutionné la mode avec son petit bout de métal. Il y a eu un avant et un après Paco Rabanne, c’est évident. Si aujourd’hui son nom est associé à des parfums célèbres et même à quelques prédictions hasardeuses, Paco Rabanne a été un talent sans précédent. Une maîtrise hors du commun du patronage, un parti-pris sans pareil pour des matières hallucinantes et un amour de la silhouette géométrique… Voilà ce qui a construit le temple et la légende Paco Rabanne. Son héritage n’est plus à prouver et son style reste toujours éternel.

Paco Rabanne confectionne "la robe la plus chère du monde" pour Françoise Hardy en 1968 © FITITJIAN/SIPA / SIPA PRESS SIPA

Francisco Rabaneda y Cuervo le 18 février 1934 dans le rustique pays basque hispanique, il quitte son pays natal et la guerre civile qui y suit et s'installe en France avec ses parents à peine 5 ans plus tard. C'est en France, son pays éternel d'adoption, que l'artiste prend le nom Paco Rabanne. Fasciné par l’architecture et la mode, élevé par une mère qui fut première d'atelier de Cristobal Balenciaga dans les années 1920, Paco Rabanne développe une créativité inouïe qui le conduit à se consacrer, dès 1952, aux études d'architecture à l'École nationale supérieure des beaux-arts à Paris. Cependant, c’est la mode qui devient rapidement le gagne-pain du jeune artiste produisant des croquis de mode, des dessins de sacs, de chaussures et d’accessoires excentriques pour des maisons à l'instar de Schiaparelli, Balenciaga, Givenchy, Charles Jourdan, Pierre Cardin, Nina Ricci ou encore Courrèges.

L'actrice Jane Fonda dans le film Barbarella, en 1968 - © ROLLS PRESS / POPPERFOTO / Getty Images

À 32 ans, dans les salons de l'hôtel George-V, il présente son premier opus haute couture baptisé « Manifeste » qui marque son ascension, une collection composée de «12 robes importables en matériaux contemporains ». Ses créations expérimentales, ornées de sequins, d'aluminium et de plaques en Rhodoïd, sont portées par des mannequins aux pieds nus qui défilent au rythme saccadé du « Marteau sans maître » de Pierre Boulez.

Paco Rabanne

Want to read more?

Subscribe to lepoquemagazine.com to keep reading this exclusive post.

Subscribe Now
bottom of page