top of page

L'ÉPOQUE célèbre la Journée mondiale de la liberté de la presse

L'ÉPOQUE PARIS - Le 3 mai, c'est la Journée mondiale de la liberté de la presse. Cette année, nous marquons le 30e anniversaire de cette Journée internationale des Nations Unies. Le thème de cette année, tel que défini par l'UNESCO, est «façonner un avenir des droits : la liberté d'expression; clé de voûte des droits humains ». À l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, L'ÉPOQUE se joint à la voix d'António Guterres, Secrétaire général des Nations Unies.


03.05.2023 © L'ÉPOQUE PARIS


Par Marie Del Toro


António Guterres © Nations Unies


On trouvera ci-après le message du Secrétaire général de l’ONU, M. António Guterres, à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, célébrée le 3 mai:


«Cela fait trente ans qu’à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, la communauté internationale célèbre le travail des journalistes et des autres professionnels des médias. Cette journée met en lumière une vérité fondamentale: notre liberté dépend entièrement de celle de la presse.

La liberté de la presse est le fondement même de la démocratie et de la justice. Grâce à elle, nous disposons de tous les faits dont nous avons besoin pour façonner notre opinion et dire la vérité aux détenteurs du pouvoir. Le thème de cette année nous rappelle que la liberté de la presse est vitale pour les droits humains.

Mais aux quatre coins du monde, la liberté de la presse est attaquée. La vérité est menacée par la désinformation et les discours de haine, qui cherchent à brouiller la frontière entre les faits et la fiction, entre la science et le complotisme. Le fait que l’industrie des médias soit de plus en plus concentrée entre les mains de quelques‑uns, l’effondrement financier de dizaines d’organes de presse indépendants et la multiplication des lois et règlements nationaux qui musèlent les journalistes aggravent la censure et menacent davantage la liberté d’expression.

Parallèlement, les journalistes et les autres professionnels des médias sont directement pris pour cibles, en ligne et hors ligne, tandis qu’ils accomplissent leur travail d’une importance vitale. Ils sont régulièrement harcelés, intimidés, faits prisonniers et maintenus en détention. Au moins 67 professionnels des médias ont été tués en 2022, soit une augmentation sidérante de 50% par rapport à l’année précédente. Près de trois quarts des femmes journalistes ont subi des violences en ligne, et une sur quatre a été menacée physiquement.

Il y a 10 ans, l’ONU a établi un plan d’action sur la sécurité des journalistes, afin de protéger les professionnels des médias et de mettre fin à l’impunité des crimes commis contre eux. Chaque année, en cette Journée mondiale de la liberté de la presse, le monde doit s’exprimer d’une seule voix.

Cessez les menaces et les attaques. Cessez de faire prisonniers et de maintenir en détention des journalistes qui ne font que leur travail. Cessez les mensonges et la désinformation. Cessez de vous en prendre à la vérité et à celles et ceux qui la font jaillir. Le monde se tient aux côtés des journalistes qui osent défendre la vérité».


L'ÉPOQUE se joint à la voix et au message puissant d'António Guterres et continuera à défendre la liberté d'expression pour tous.

bottom of page