top of page

L'ÉPOQUE donne la parole aux femmes afghanes lors de la Journée mondiale du livre

L'ÉPQOUE PARIS - Bien que le 23 avril nous ayons célébré la Journée mondiale du livre dans le monde entier, les talibans ont fermé la toute dernière bibliothèque dédiée aux femme afghanes depuis mars 2023.


25.04.2023 © L'ÉPOQUE PARIS


Par Nereides Antonio Giamundo de Bourbon



Choisie par la Conférence générale de l'UNESCO en 1995, cette journée rend un hommage mondial aux livres et aux auteurs et encourage l’accès aux livres au plus grand nombre. Au-delà des frontières physiques, le livre représente la plus belle invention de partage des idées et incarne un puissant outil pour lutter contre la pauvreté et construire une paix durable.


Cependant, les femmes afghanes ont été interdîtes à la lecture et leur liberté est encore une fois compromise.


L'ÉPOQUE a donc décidé de donner la parole à l'une des femmes qui se prodigue pour sa liberté et celle des autres femmes afghanes.


Pour des raisons de sécurité, nous avons choisi de garder son identité secrète mais nous avons le plaisir de publier un témoignage qui nous a été rendu directement par cette femme courageuse que nous appellerons ci-après "Maryam", une défenseuse des droits des femmes basée en Afghanistan.



La parole à Maryam et à d'autres femmes afghanes:



«Environ deux ans plus tard après leur invasion en Afghanistan, les talibans ont imposé une série de restrictions aux femmes les interdisant de nombreux emplois gouvernementaux et l'enseignement secondaire. Ces restrictions ont effondré les femmes afghanes dans leurs maisons. C'est le moment où nous, les femmes afghanes, ne sommes pas découragées et nous essayons de contourner toutes ces restrictions des talibans. Alors qu'il n'y a pas de permission ni l'opportunité d'étudier et d'apprendre en dehors de nos maisons, nous faisons donc de chaque maison un centre d'apprentissage à domicile ou d'enseignement en ligne.

Au printemps 2022, alors que je cherchais des moyens d'aider les femmes et les filles afghanes, j'ai rencontré une gentille dame qui a beaucoup d'expérience et qui est généreuse de cœur mais aussi avec son temps. J'ai partagé avec elle mon idée de vouloir créer un club de lecture en ligne pour des femmes afghanes, mais je ne savais pas comment y réussir. Elle m'a donné des conseils et elle m'a soutenu dans cette initiative tandis que j'ai finalement réussi à créer notre club de lecture.


J'aime les livres. Nous avons une petite bibliothèque chez nous depuis 1995, depuis la première période des talibans. Ma famille avait gardé et pris soin de nos livres comme un précieux héritage familial. Alors je me suis persuadé que c'était une très bonne chose à faire pour autonomiser les femmes et les filles. Nous avons débuté notre club de lecture avec quelques femmes seulement et maintenant, après presque un an, beaucoup d'autres femmes de différentes régions de l'Afghanistan sont devenues des membres de notre club de lecture.

Tous les deux mois, nous présentons un livre avec une biographie de son auteur, puis nos lectrices partagent leurs idées et s’expriment sur des sujets instructifs les unes avec les autres quotidiennement. De plus, nous organisons également des réunions en ligne avec Google Meeting ou Zoom. C'est un moment agréable auquel tout le monde aime participer. La plupart des dames préparent leurs notes à partager avec les autres lors des réunions. Et certaines d'autres se joignent à nous pour écouter et apprendre les idées des autres.


J'ai créé notre club de lecture en ligne pour les femmes afghanes pour que ce puisse devenir un moyen de se connecter avec d'autres femmes qui partagent des intérêts et des expériences similaires et pour profiter des avantages de la lecture et des discussion autour des livres. Il est important de fournir un espace sûr et favorable aux femmes pour qu'elles expriment leurs opinions et leurs sentiments, surtout dans un contexte où leurs voix et leurs droits sont limités par les talibans. Notre club de lecture est une excellente initiative pour aider les femmes à faire face aux traumatismes émotionnels et au stress de la vie sous un régime violent et oppressif, en leur offrant du réconfort, de l'espoir et de l'inspiration avec des livres. L'un des livres que nous avons lus depuis l'année dernière est "Moi, Malala" de Christina Lamb, une biographie de Malala Yousufzi qui a vécu sous le régime taliban au Pakistan. L'histoire de Malala est triste et déchirante mais cela motive d'autres femmes et d'autres filles à ne pas abandonner et à se battre pour leur vie et leurs droits», dit-elle Maryam.


‘’L’histoire de Malala est celle d’un immense courage. Elle a continué à se battre pour ce qu'elle sait être juste face à l'adversité que beaucoup pouvaient à peine imaginer, et elle s'est levée sans cesse contre la peur, les menaces et les violences. Son courage m'encourage à être plus audacieuse et son refus de céder à la peur me rappelle que je devrais faire pareil ." a-t-elle affirmé Morsal.

«L'un de nos objectifs est d'exposer les femmes à différentes perspectives et cultures, en lisant des livres de divers auteurs et genres, et en apprenant par l'expérience et le point de vue d'autres femmes. L'Alchimiste de Paulo Coelho est un autre livre que toutes nos lectrices ont adoré. L'Alchimiste est une histoire sur un jeune berger nommé Santiago qui poursuit son rêve de trouver un trésor sous les pyramides égyptiennes. Le livre est un conte de fées qui incite les lecteurs à écouter leur cœur, à risquer l'aventure et à trouver un sens dans tous les signes de l'univers», dit-elle Maryam.


«Après avoir lu l'Alchimiste, j'ai appris que les rêves sont une voie vers nos désirs les plus significatifs» dit-elle Fatema.


«La lecture favorise un sentiment de communauté et d'appartenance, en créant des amitiés et des liens avec d'autres femmes qui aiment les livres et qui comprennent les difficultés de chacun. Elle favorise l'apprentissage tout au long de la vie et la curiosité en encourageant les femmes à lire davantage, à penser de manière critique et à explorer de nouveaux sujets et de nouvelles idées», poursuit-elle Maryam .

«Merci beaucoup d'avoir lancé cette initiative qui nous aide à apprendre beaucoup de nouvelles choses et, surtout, à développer notre esprit et notre vie», dit-elle Amina.

«Enfin, j'aimerais dire merci à cette dame qui m'a soutenu avec mon club de lecture ainsi qu'à d'autres personnes incroyables que j'ai rencontrés tout au long de mon chemin depuis deux, tous ceux qui me font confiance et qui m'ont encouragé et soutenu dans ma mission de servir mon Pays, en particulier les femmes et les filles afghanes», conclue-t-elle Maryam.



bottom of page